Selon un rapport d’enquête menée sur la jeunesse africaine par l’agence de relations publiques Opinion and Public (BCW), 68% des jeunes africains sont préoccupés par la menace terroriste sur le continent. Le 20 juin 2022, face à la presse, Kwame Senou, directeur général de l’agence a déclaré que ce facteur est dû à l’instabilité et le chômage.


Selon les résultats de l’enquête réalisée par The Ichikowitz Family Foundation (La Fondation de la famille Ichikowitz) basée en Afrique du Sud, les jeunes dans leur ensemble sont confrontés à une tempête combinant des facteurs tels que la sécurité, l’instabilité politique, le chômage et la démocratie.


Réalisée au premier trimestre 2022, l’enquête a permis d’obtenir des résultats sur une dizaine de questions : afro-optimisme, covid-19, démocratie, environnement, connectivité et média, emploi, relations extérieures, sécurité et égalité et les ambitions personnelles.

En ce qui concerne la démocratie en Afrique, 53% des jeunes estiment que la démocratie de type occidental n'est pas nécessairement adaptée au contexte africain. Pour eux, il faut que l’Afrique trouve son propre système et sa propre structure démocratique qui lui conviennent.

Quant à leur insertion professionnelle, 69 % d’entre eux s’attendent à une amélioration de la politique de création d’emplois. Car ceux-ci se disent insatisfaits de la manière dont leur gouvernement s'y prend pour créer de nouvelles possibilités d'emploi pour la jeune génération.


Au cours de cette étude qui est à sa 2è édition, les enquêteurs ont recueilli des propos de plus 4000 jeunes de 15 pays à savoir l’Afrique du Sud, l’Angola, le Congo Brazzaville, l’Éthiopie, le Gabon, le Ghana, le Kenya, le Malawi, le Mozambique, le Nigéria, l’Ouganda, la République Démocratique du Congo (RDC), le Rwanda, le Soudan et la Zambie. Notant par ailleurs que le PIB, la démographie, la taille et la situation géographique, ont prévalu au choix des pays.