La gendarmerie sénégalaise a annoncé mercredi avoir interpellé plus de 140 migrants, dont près de la moitié sont des étrangers, qui s'apprêtaient clandestinement à rejoindre l'Europe.

 

Les 143 candidats au voyage en Europe ont été interpellés "dans la nuit du 6 au 7 août" à Fimela et Nianing. Ils étaient respectivement au nombre de 68 et 75 dans ces deux zones de pêche, au sud de Dakar, a indiqué la gendarmerie dans un communiqué. Le groupe était au total formé de 57 étrangers dont la nationalité n'a pas été précisée.

 

"Un des convoyeurs a été interpellé lors des opérations. (Il) était chargé de la coordination et de l'embarquement des migrants sur la côte à destination de l'Europe contre 300.000 FCFA (457 euros) pour chaque personne", a précisé la gendarmerie.

 

Quatre véhicules de transport ayant acheminé les candidats à l'émigration à Nianing et Fimela ont été "immobilisés" par des gendarmes dans ces deux localités, après avoir pris le départ à Diamniadio, une ville nouvelle près de Dakar, a dit la même source.

 

Au moins 14 migrants avaient été tués le 28 juin dans un incendie sur une pirogue dans la ville de Kafountine, en Casamance (sud). Environ 140 personnes dont des Guinéens, des Nigérians, des Gambiens et des Sénégalais se trouvaient sur la pirogue, selon les autorités locales.

 

Des départs d'embarcations remplies de migrants sont souvent observés sur les côtes au Sénégal. Les candidats au départ tentent souvent de gagner l'archipel espagnol des Canaries, une porte d'entrée dans l'Europe, situé à quelque 1.500 km au nord du pays.

 

Plusieurs centaines de personnes périssent chaque année en mer Egée, dans le sud-est de la Méditerranée, en tentant aussi de passer en Grèce de la Turquie à destination de l'Europe du nord, selon l'ONU et des ONG.

 

Des dizaines de personnes étaient portées disparues mercredi par les autorités grecques, après le naufrage de leur bateau dans le sud-est de la mer Egée, dont 29 occupants ont pu être secourus, selon les garde-côtes.