Un forum libéral de dialogue politique, organisé le jeudi 04 août 2022 à Abidjan-Plateau, s’est penché sur la thématique suivante : "Afrique-Europe : avenir commun ? "


Cette rencontre de haut niveau, initiée par la Fondation libérale allemande, Friedrich Naumann, en collaboration avec la Commission de l’Union Africaine (UA), a permis de faire le bilan des différents accords signés et dégager les perspectives entre l’Afrique et l’Europe.


À l’ouverture de ces assises, la représentante spéciale du Président de la Commission de l’Union Africaine et Chef du Bureau de Liaison de l’UA en Côte d’Ivoire, Joséphine Charlotte Mayuma Kala, s’est réjouie de la tenue de ces discussions sur les nouveaux accords de Cotonou (UE-ACP) ainsi que les cadres stratégiques qui les définissent. 


Selon elle, bien que la thématique, "Afrique-Europe : quel avenir commun", concerne la coopération multilatérale, l’organisation continentale de l’Afrique doit s’impliquer davantage, compte tenu de sa proximité géographique avec l’Europe, leur histoire commune ainsi que des enjeux de paix, développement, changement climatique, migration et bien d’autres…


  À ce titre, elle a rappelé le 5è sommet UA-UE d’Abidjan en novembre 2017, la 2è réunion des ministres des Affaires étrangères de ces 2 organisations à Kigali (Rwanda) en octobre 2021 et le 6è sommet de l’UA-UE à Bruxelles en février 2022. Et ce, à la suite de la convention de Lomé (Togo) en 1975, remplacée en 2000 par l’accord de Cotonou (Bénin).


"Si ces 2 organisations se retrouvent souvent dans des sommets. C’est parce qu’elles ont des défis communs, une vision de marcher ensemble dans le cadre d’un partenariat renouvelé, pour construire un avenir de stabilité, de résilience post-crise par delà les deux rives de la méditerranée", a indiqué la représentante spéciale du Président de la Commission de l’Union Africaine.


 Abordant dans le même sens, l’Ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne en Côte d’Ivoire, Ingo Herbert, a milité pour une Union européenne soucieuse d’une Afrique démocratique et stable, en tant que partenaire clé pour relever le défi de l’avenir.


Par ailleurs, l’un des temps forts de ce forum libéral, a été une conférence inaugurale dont le thème : "Afrique-Europe : quelle coopération dans l’ordre international actuel ?".


Cette tribune a donné l’occasion au député Allemand, Docteur Christoph Hoffmann, qui a vanté les mérites d’une nouvelle offre relationnelle entre l’Afrique et l’Europe, qui impose un changement de paradigme.


 "Nous sommes dans une nouvelle époque, l’Europe a besoin de l’Afrique. Nous (européens) manquons de certaines ressources et cela sous-entend que nous sommes maintenant dépendants de l’Afrique", a-t-il confirmé.

Intervenant en second lieu, le docteur Flan Moquet César, directeur du Centre de recherche politique d’Abidjan (CRPA), s’est appesanti sur le sujet : "Partenariat UA-UE, historique, bilan et perspectives".


Il a indiqué qu’au regard du nouvel ordre international qui se dessine, l’Afrique se trouve confronté à la formation des différents blocs géopolitiques et géostratégiques.

"Le positionnement de la fédération de Russie qui se rapproche de la Chine, de l’autre côté les États-Unis et leurs alliés traditionnels à travers l’UE et l’OTAN, font que nous rentrons progressivement dans un monde qui, qu’on le veuille ou non, sera à nouveau bipolaire", a-t-il justifié.


Eu égard aux visites du chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov (en Algérie, mai 2022) et du Président français, Emmanuel Macron (au Cameroun, juillet 2022), le politologue ivoirien voudrait souligner le fait que ce continent constitue un enjeu véritable pour les différents blocs.


Selon lui, il appartient aux africains, sans chercher à verser dans les confrontations entre grands blocs, de tirer le meilleur parti en mettant en avant les challenges en termes de développement socioéconomique, politique, humain et durable.  


Le forum s’est tenu en présence de la ministre de la Fonction publique et de la Modernisation de l’administration, Anne Ouloto, du ministre des Ressources animales et halieutiques, Sidi Touré, du directeur Afrique de l’Ouest de la Fondation Friedrich Naumann, Dr Jo Holden, du Conseiller des français en Côte d’Ivoire et du Libéria, Baptiste Heintz-Macias et d’une centaine d’organisations de la société civile.