Les présidents d’associations de consommateurs et la presse, ont été conviés à une rencontre avec les responsables de l’Autorité de Régulation des Télécommunications/TIC de Côte d’Ivoire (ARTCI) ce mercredi 13 janvier 2021. Au cours des échanges, Bilé Diéméléou, directeur général l’ARTCI, a expliqué que la structure autorise toujours les bonus et qu’elle veut que les opérateurs baissent les prix de leurs services.


« On n’a pas interdit les bonus, on les encourage d’ailleurs car les actions promotionnelles contribuent à l’attractivité, au dynamisme du marché et à la fidélisation des abonnés » martèle Bilé Diéméléou. Cette sortie du Directeur Général de l’ARTCI, est une réponse à une vague de plaintes publiées sur les réseaux sociaux, relative à une « supposée » suppression des bonus pratiqués par les opérateurs. 


La décision n°2020-0599 du 09 septembre 2020, portant encadrement du marché de détail de la téléphonie mobile, et entrée en vigueur à partir du 1er janvier 2021, implique des dispositions ayant pour but d’assainir la concurrence entre les opérateurs, d’assurer la protection des consommateurs et de favoriser un développement sur le long terme du marché de la téléphonie. Selon ses responsables, l’ARTCI agit sur le marché de la téléphonie mobile dans le cadre de sa mission de régulation du secteur des télécommunications/TIC.


En quoi cette décision apporte du bienêtre aux consommateurs des télécommunications en CI ?

« Les bonus à 200% voire même 400% trahissent une tarification abusive des services en dehors des promotions qui ne profitent pas réellement aux consommateurs » souligne le régulateur. 


« Depuis quelques années, nous assistions à des bonus permanents, allant jusqu’à 500%. Si les opérateurs ont la possibilité de faire des bonus (artificiels) permanents, il faille qu’ils revoient le tarif pour le consommateur plutôt que de le maintenir dans une dépendance. Celui qui est capable de faire des bonus permanents, peut réduire les couts de ses services au grand bonheur du consommateur. Le bonus est une exception, il ne saurait être la règle. Le régulateur se doit de rétablir l’ordre et mettre les choses dans le bon sens » affirme Guy Michel Kouakou, directeur de l’économie, des marchés et prospectives à l’ARTCI.


Les nouvelles dispositions vont garantir :

- une baisse des tarifs en lieu et place de la politique d’usage abusif de bonus ;

- une tarification plus transparente et juste ;

- une meilleure lisibilité sur les offres de service ;

- un usage effectif des bonus acquis. 


Les présidents des associations de consommateurs ont posé d’autres préoccupations, notamment celles concernant la suppression des bonus avant leur utilisation. « Il faut que le consommateur puisse profiter à tout moment des bonus. Il ne doit pas y avoir de durée de validité. La limitation va de pair avec le maintien du bonus et la baisse des tarifs » a indiqué Guy Michel Kouakou. « Le bonus est fait à la discrétion de l’opérateur, il peut vous le retirer quand il veut, vous l’accorder quand il veut. Ce qui est bénéficiaire aux consommateurs, c’est la baisse des tarifs » a-t-il conclu. 


Les présidents des associations de consommateurs sont repartis satisfaits de cette rencontre. « Nous consommateurs, encourageons l’ARTCI dans le suivi de cette décision. Il faut que l’ARTCI demande aux opérateurs de nous permettre de transférer nos bonus à nos proches. On n’a jamais pu le faire. Il faut accentuer la communication avec les consommateurs » a dit Koffi Jean-Baptiste.