La Rosette de l’Art, ou la rencontre entre les techniques médicales et artistiques, est l’objectif général recherché par les initiateurs de cette rencontre entre deux mondes, qui procurent la vie aux êtres humains. Le vendredi 16 septembre dernier, dans les locaux du centre médical La Rosette, à Treichville, un vernissage a été organisé pour exprimer un univers dans lequel, la technicité médicale, respectueuse des modes de vie et attentif aux sentiments de ses patients où, l’art a toute sa place.

 

"C’est dans cet état d’esprit que notre amour pour l’art contemporain, s’est révélé comme un point supplémentaire de jonction, entre ma passion et mon métier de médecin. C’est ce qui explique le lancement de notre concept « La Rosette et l’Art »", fait savoir Dr Yannick Assalé, Directeur général du Centre médical La Rosette, qui souhaite que cette rencontre soit une fenêtre sur l’esthétique et l’émotion pour soutenir l’art, la culture et aider le personnel soignant et les patients à lutter pour la vie.


Pour lui, collectionneur d’art, la médecine et l’art sont deux disciplines foncièrement au service de la vie.


"L’art signifie la vie, le passé, le présent et le futur. Il est l’expression de la beauté, de la diversité de la vie et des émotions les plus enfouies. À La Rosette, nous sommes au service de la vie", ajoute-t-il.

 

Par ce vernissage qu’il souhaite perpétuer, il envisage mettre son engagement au service des peintres et autres artisans ivoiriens, des personnes qui, selon lui, œuvrent comme les médecins, pour la sauvegarde de la vie. "Ces œuvres rendent notre clinique agréable pour le personnel, les patients et rappellent, à tout un chacun, l’importance de la vie".



Pour ce premier vernissage, trois (3) artistes étaient sur les cimaises pour présenter une trentaine d’œuvres d’art, chacune selon son originalité, riche en couleurs. De la sculpture, au naïf en passant par le réalisme, le jet sur toile, les écritures picturales et artistiques des œuvres s’harmonisaient dans le substrat des thématiques.

 

Les sculptures de Gordy, les gribouillis de dame Boty et les œuvres comme La guerrière sud-africaine, L’espoir familial, La jeune Attonflê qui sont déclinées en couleur et en blanc-noir par le peintre Tchimou, séduisent de beauté.


"Le blanc et le noir ne sont pas des couleurs (jaune, bleu et rouge). Ce sont des tons accompagnateurs qui servent à noircir ou à éclaircir. J’ai adopté cette écriture pour montrer que, sans accompagner, ces deux tons peuvent donner une vie aux œuvres et être l’expression profonde d’une émotion", a expliqué le peintre Tchimou.


Le succès de ce premier vernissage donne déjà des idées à Dr Yannick Assalé qui étudie, avec son équipe, la périodicité des autres rencontres. "Nous voulons, par ce premier jet, informer les artistes qu’une galerie d’exposition s’offre désormais à eux", informe-t-il, lui qui s’engage désormais à la promotion de la peinture ivoirienne qui, depuis quelque temps, est très bien cotée dans le monde.

 

Créée en 1996, le centre médical, La Rosette est le tout premier centre d’imagerie de Côte d’Ivoire, ouvert par un Ivoirien. Si à ses débuts, il ne proposait que l’échographie et la radiographie, 10 ans plus tard, les choses ont rapidement évolué. En 2007, avec l’ouverture de nouveaux services tels que le laboratoire, la consultation de cardiologie et bien d’autres services à valeur ajoutée. En plus d’Abidjan, des locaux sont également ouverts à San Pedro.