Au moins 300 personnes ont été tuées dans un tremblement de terre qui est survenu à proximité de la ville de Khost, dans le sud-est de l'Afghanistan, tout près de la frontière avec le Pakistan. Les autorités craignent que le bilan s'alourdisse.


« Des centaines de maisons ont été détruites et malheureusement 300 civils ont été tués et plus de 500 blessés », a déclaré le chef suprême du pays, Hibatullah Akhundzada, dans un communiqué, ajoutant que le bilan allait probablement encore s'aggraver.


On essaie depuis quelques heures de joindre les habitants que l’on connait sur place mais le réseau téléphonique ne fonctionne pas, on est donc sans nouvelle d’eux pour l’instant, rapporte la correspondante de RFI à Islamabad.


Le séisme d’une magnitude de 5,9 sur l’échelle de Richter a été fortement ressenti sur place mais aussi à plusieurs kilomètres de l’épicentre, jusqu’ici à Islamabad où certaines personnes ont ressenti de légères secousses. On se trouve à 400 kilomètres environ de l’épicentre situé dans le sud-est de l’Afghanistan.


Les autorités appellent à l'aide


La région qui a été touchée est très montagneuse, escarpée, et dans les villages les maisons sont souvent en pisé, donc très fragiles, et résistent mal aux tremblements de terre qui sont fréquents en Afghanistan, en particulier dans la chaîne de montagnes de l'Hindu Kush qui se trouve à la jonction entre les plaques tectoniques eurasienne et indienne.


En janvier dernier, c’est l’ouest de l’Afghanistan qui avait été touché par un séisme d’une magnitude de 5,3 ; 26 personnes avaient été tuées. Les autorités afghanes appellent à l’aide pour secourir les habitants pris au piège dans les décombres de leurs maisons. On sait que les moyens du régime taliban sont limités. L'Afghanistan fait face à une grave crise humanitaire alors que le pays, qui vivait largement sous perfusion de l’aide internationale, a vu cette aide coupée après la prise du pouvoir par les talibans en août dernier.