Plus de 200 migrants provenant d'Afrique subsaharienne ont réussi jeudi matin à franchir la haute clôture marquant la frontière entre Melilla et le Maroc et à pénétrer dans l'enclave espagnole, l'une des arrivées les plus massives de ces dernières années, ont indiqué les autorités espagnoles.

 

Au total, plus de 300 personnes ont essayé d'escalader la triple clôture métallique, munis de "crochets", peu avant 7h00 du matin, et 238 hommes sont parvenus à entrer en Espagne.

 

Trois policiers ont été légèrement blessés et les migrants ont été transférés dans un centre de séjour, où ils resteront en quarantaine en raison de la situation sanitaire, précise un communiqué de la préfecture de Melilla.

 

Cette intrusion se produit un peu plus de deux mois après une vague migratoire inédite dans l'autre enclave espagnole située dans le nord du Maroc, Ceuta, qui avait été submergée mi-mai par l'arrivée soudaine de plus de 10.000 migrants, en grande majorité des jeunes et des adolescents marocains.

 

Cette vague migratoire exceptionnelle avait eu lieu dans un contexte de crise diplomatique majeure entre Madrid et Rabat, provoquée par l'accueil en Espagne, pour y être soigné, du chef des indépendantistes sahraouis du Front Polisario, Brahim Ghali, ennemi juré de Rabat. 

 

M. Ghali a quitté l'Espagne début juin pour l'Algérie, mais les relations entre Madrid et Rabat restent tendues.

Melilla et Ceuta, seules frontières terrestres de l'Union européenne avec l'Afrique, sont soumises depuis des années à une forte pression migratoire.