Le Vietnam a placé en confinement samedi les huit millions d'habitants de sa capitale Hanoï pour tenter de contenir la montée des cas de Covid-19 qui a déjà contraint un tiers de la population du pays à rester chez elle. Les autorités ont signalé plus de 7.000 nouveaux cas à travers le Vietnam vendredi, soit le troisième record d'infections quotidiennes battu en une semaine.

 

Le centre de la capitale, habituellement animé, était vide et les magasins fermés lorsque le confinement est entré en vigueur, même si on pouvait encore voir quelques personnes dans les rues de la périphérie.

 

"Je pense que les habitants de Hanoï comme moi sont d'accord avec la décision soudaine de fermer la ville", a déclaré l'un d'eux, Nguyen Van Chien. "Nous devons prendre des risques économiques pour lutter contre la pandémie", a-t-il ajouté.

 

Après avoir réussi à contenir les assauts de l'épidémie l'an passé, le Vietnam a vu le nombre de cas exploser depuis la fin avril et environ un tiers de ses 100 millions d'habitants est déjà confiné.

 

L'épidémie a toutefois montré peu de signes de ralentissement et le coeur économique du sud du pays, Ho Chi Minh-Ville (9 millions d'habitants), qui a enregistré la majorité des cas récents, a prolongé vendredi l'ordre de rester chez soi.

 

"Je suis à l'intérieur depuis un mois. La situation dans notre ville est effrayante", a déclaré à l'AFP un de ses habitants, Le Bich Thanh. Les autorités ont entamé une campagne de désinfection de toute la ville qui, selon elles, durera une semaine. 

 

Le Vietnam a été une des rares économies mondiales a avoir connu la croissance l'an passé grâce à sa capacité à contenir le virus lors des premières vagues de la pandémie.

 

Mais le pays d'Asie du Sud-Est a été lent à se procurer et à administrer des vaccins, seulement près de 4,5 millions de doses ayant été injectées jusqu'à présent. Il s'emploie aussi à développer ses propres vaccins et les autorités disent espérer atteindre l'immunité collective d'ici le début de 2022.