Sur le plateau du Journal Afrique de la chaîne de télévision francophone TV5Monde Afrique, du lundi 18 octobre 2021, Pascal Affi N’Guessan, président du Front Populaire Ivoirien (FPI), a annoncé, préparer sa candidature pour 2025, afin de présenter aux Ivoiriens un projet politique. Une déclaration qui intervient au lendemain de la création du nouveau parti de son ancien mentor, Laurent Gbagbo.

 

"Je serai candidat à la candidature et si mes camarades continuent de me faire confiance, certainement que je représenterais le parti à l’élection présidentielle de 2025", a fait savoir l’ex-Premier ministre, au cours de l’entretien qu’il a accordé à la journaliste Nidhya Paliakara. Selon lui, le FPI qu’il dirige depuis 2001, aura bel et bien un candidat et est prêt à affronter tous les autres qui se présenteront, y compris le dernier-né, le Parti des Peuples Africains - Côte d’Ivoire (PPA-CI) mis en place le 17 octobre 2021, par l’ex-Chef d’Etat Laurent Gbagbo.

 

Candidat à la présidentielle d’octobre 2020, avant de se retirer de la course, Pascal Affi N’Guessan estime que les conditions n’étaient pas réunies pour un scrutin crédible.

 

"Nous préparons notre candidature pour 2025, pour présenter aux Ivoiriens un projet politique", mentionne-t-il.

 

A propos de ses relations politiques avec Laurent Gbagbo, le président du Conseil régional du Moronou a été sans détours. Il affirme, qu’ils ne sont plus d’actualité. "Avec Laurent Gbagbo, c’est le passé, il est maintenant à la tête d’un parti, nous avons tourné la page de cette histoire", a-t-il conclu. Il a également profité de l’occasion pour annoncer la tenue d’un congrès du parti à la rose, le 13 novembre prochain pour appeler les militants à la mobilisation et redéfinir une identité idéologique claire.

 

Premier ministre, du premier gouvernement du Président Laurent Gbagbo après son accession au pouvoir en octobre 2000, Pascal Affi N’Guessan, pris les rênes du FPI en 2001 au cours d’un congrès extraordinaire. Après la crise post-électorale de 2011 qui avait renversé le régime de la Refondation, des divergences d’opinions avaient commencé à se faire ressentir au sein du parti.


À cette issue deux camps s’étaient formés, dont une frange restée fidèle à Laurent Gbagbo, malgré son incarcération à la Cour Pénale Internationale à la Haye.


Acquitté, libéré puis rentré en Côte d’Ivoire le 17 juin dernier, la rupture entre les deux hommes s’est finalement consommée, le 09 août 2021, date à laquelle l’ancien président a annoncé la création d’un nouvel instrument politique.