Myss Belmonde Dogo, ministre de la Solidarité et de la lutte contre la pauvreté s’est rendue ce mardi 21 juin 2022 à Angorankoi, et dans les quartiers "sans loi" et "Cité CIE" dans la commune de Bingerville. Myss Belmonde Dogo est venue apporter la compassion du gouvernement aux familles des victimes des inondations, provoquées par les fortes pluies qui se sont abattues sur le District autonome d’Abidjan et notamment dans les zones précitées de l’ancienne capitale ivoirienne, ces dernières 24 heures.

 

Accompagnée de Vagondo Diomandé et Bouaké Fofana, respectivement, ministres de la Sécurité et de la protection civile, de l’Assainissement et de la salubrité, Myss Belmonde Dogo est allée constater les dégâts tant physiques que matériels, causés par les eaux de ruissellement, provenant de la grande pluie qui a arrosé les 13 communes que compte le District autonome d’Abidjan. Cette délégation ministérielle escortée pour la circonstance, par un fort détachement de la police, de l’Office national de la protection civile (ONPC) et de quelques médias a rencontré tout d’abord Serge Patrick Angora, qui a perdu ses 04 enfants des suites d’un éboulement.  

 

Devant la douleur qui sciait en deux, le géniteur de ses enfants dont le plus âgé a 15 ans et qui devrait présenter l’examen du Brevet d’études du premier cycle (BEPC), l’année prochaine, la ministre de la Solidarité a trouvé les mots réconfortants et apaisant, pour le consoler. « Beaucoup de courage à vous et à votre famille. Le gouvernement et le Président de la République se tiennent à vos côtés et compatissent à votre douleur », a-t-elle déclaré.

 

Le géniteur, malgré la douleur qui l’étreint et se tenant à côté de la bâchée où étaient exposées les dépouilles de ses gosses, a expliqué aux membres du Gouvernement, les circonstances de leur décès.


 

« Aux environs de 04 heures du matin, j’ai entendu un grand bruit qui a secoué toute la maison.  A peine je suis sorti pour voir ce qui se passait, la porte est tombée sur moi », a révélé Serge Patrick Angora avant d’ajouter les yeux larmoyants et des tremolos dans la voix « j’ai tout fait pour appeler mes frères et les voisins pour m’aider à faire sortir les enfants. Mais tous les efforts ont été vains. On n’a pas pu sauver mes gosses ».

 

Continuant sur sa lancée, Angoran Serge Patrick, déclare « ma femme étant absente pour raisons familiales. Si elle était là, je ne sais pas ce que je serais devenu ».

 

Après avoir rencontré le père de ces 04 enfants tués dans leur sommeil par un écoulement de boue, les ministres se sont ensuite rendus sur le lieu du drame. La maison en banco, qui servait d’habitation à cette famille, a été littéralement réduite à néant. De cette maison, il ne reste plus qu’amas de boue, où règne ruine et désolation.

 

Devant un tel spectacle, la ministre de la Solidarité n’a pas manqué de dire à l’ensemble des hommes du village de Angorankoi, qu’ils ont manqué à leur devoir. « Le rôle des adultes est de protéger les enfants », a-t-elle martelé avant d’offrir à la famille éplorée, la somme de 1 million de FCFA au nom du Président de la République.

 

C’est sous une pluie battante que les membres du gouvernement ont pris congé leurs hôte sans les enjoindre de tout mettre en œuvre pour quitter ce site devenu dangereux pour leur sécurité. Ils se sont ensuite rendus au quartier "sans loi", où les eaux de pluie ont emporté une fille de 15 ans, élève en classe de 4e. son corps sans vie a été retrouvé au quartier "4 villas".

 

Pour l’iman Danté Issouf « c’est la première fois en 50 ans de présence dans ce quartier que nous avons enregistré une telle quantité de pluie avec à la clé, le décès de notre fille ». Le guide religieux a indiqué que malgré le deuil qui frappe le quartier, ses habitants garde la foi en Allah, celui qui dispose de toute chose bonne en son temps.


 

Ici, la ministre de la Solidarité a offert la somme de 500.000 FCFA, que le premier adjoint au maire de Bingerville, Jean-Marc Tako a remis à la famille de la défunte. Celui-ci a profité de l’occasion pour sensibiliser les populations à quitter les sites classés dangereux pendant la saison des pluies.

 

Le ministre de la Sécurité et de la protection sociale, a également pris en compte cette recommandation du représentant du premier magistrat de l’ancienne capitale ivoirienne. Pour Vagondo Diomandé, « il est impérieux pour les populations de quitter les zones classées dangereuses par les services compétents du ministère de l’assainissement. Et le dire, ce n’est pas faire le procès de qui que ce soit ». « Le Gouvernement a en cœur de préserver la vie des populations, raison pour laquelle, l’Etat ivoirien a dégagé d’importants moyens financiers pour procéder à l’évacuation et au relogement des personnes des zones sinistrées », a-t-il précisé.

 

Myss Belmonde Dogo a renchérit disant que « les populations doivent aider le Gouvernement à les aider à quitter les zones à risques ». Avant de souligner que « le Gouvernement se tient aux côtés de toutes les familles qui vivent des moments sombres et présente ses condoléances aux familles endeuillées par les pluies ».

 

La visite de la ministre de la solidarité et de ses collègues du Gouvernement s’est achevée à la cité "CIE", où l’eau a emporté et tué Douhouo Messan, électricien bâtiment. Ce père de 02 enfants venant de Cocody M’badon pour Bingerville, a été surpris et bloqué par les eaux de pluie qui ont trainé sa voiture sur plusieurs mètres avant de le faire passer de vie à trépas.

 

Par ailleurs, il faut indiquer que pour la seule journée du 21 juin, le District d’Abidjan a enregistré 07 décès dont 06 à Bingerville et 01 à M’badon, dans la commune de Cocody. A ce décompte, il faut ajouter d’importants dégâts matériels à la suite d’une pluviométrie abondante.