Mahama Coulibaly, Président de la Fédération Ivoirienne de Basket-ball (FIBB), a donné une conférence de presse le mardi 13 septembre 2022, pour expliquer la situation qui prévaut après la confirmation de Dejan Prokic en tant qu’entraineur principal. Les questions concernant les primes des athlètes et la démission du Team Manager, Carlo Vieira, ont également été abordées. Quelques heures après cette sortie du premier responsable du basket ivoirien, des proches de la sélection dénoncent "un flou" dans les dires du Président de la FIBB.


L’équipe nationale A de basket est secouée par une crise. Après la confirmation de Dejan Prokic comme entraineur principal le 6 septembre 2022, les joueurs ont envoyé un courrier pour demander le retour de Natxo Lezkano leur coach depuis 2011.


A la suite du courrier des athlètes, c’est Carlo Vieira, le Team Manager, qui a annoncé sa démission dans une publication via son compte Facebook, faisant savoir qu’il n’était pas associé à certaines prises de décision.


"On me demande de suivre aveuglément mais à l’écart de cette famille n’ayant plus besoin de mes services, je prends note mais je n’accepte pas le discrédit, le mensonge, la trahison. Fort de mes convictions et de mes valeurs c’est à mon grand regret que je décide de mettre fin à mon engagement pour l’équipe nationale", assomme Carlo Vieira avant de révéler Natxo Lezkano n’avait signé aucun contrat avec la FIBB. Chose curieuse.


Au cours de sa conférence de presse du mardi 13 septembre 2022, Mahama Coulibaly a donné des explications à tout ce remue-ménage, prônant l’apaisement et la transparence. Mais les propos du Président de la FIBB, ne convainquent pas des personnes très proches de l’équipe nationale.


"Les joueurs ne veulent pas avoir honte à la Coupe du Monde, c’est la raison pour laquelle ils ont demandé que le coach Natxo Lezkano soit reconduit. C’était une doléance. Il les connaît mieux, les a pratiqués pendant plus d’une décennie et sait faire ressortir le meilleur de chacun. C’est un véritable meneur d’hommes qui a un QI basket très élevé", affirme notre source avant d’ajouter "celui qui a été désigné nouvellement, les joueurs n’en veulent pas et leur courrier en est la preuve. Ils se sont battus seuls pour obtenir les trois victoires lors de la fenêtre 4. Prokic ne fait pas le poids. Tout ce que les athlètes attendaient du Président, c’était qu’il prenne acte et arrange les choses car il en a les moyens".


Si dans ses propos liminaires Mahama Coulibaly n’a pas évoqué la question du contrat de Natxo Lezkano, notre source confirme que "l’espagnol n’avait pas de contrat dûment signé, et en avait marre surtout que pour le paiement de ses émoluments, il devait patienter des mois".


Concernant les primes, Mahama Coulibaly a dit : "nous sommes partis avec 25.000 FCFA de prime journalière à 50.000 FCFA par jour avec un pic de 3.600.000 FCFA de prime pour chaque joueur". Chose que notre contact n’a pas démenti.


"C’est vrai que les joueurs ont reçu plus de 3 millions FCFA sur cette fenêtre, mais les conditions pour toucher cette prime étaient corsées", soutient notre source, nous déclinant les primes par match et objectif. L’on a ainsi appris que la prime de victoire contre le Nigeria était fixée à 350.000 FCFA, celle contre l’Ouganda était de 150.000 FCFA et 500.000 FCFA contre le Cap-Vert. "Le ministère des sports a décidé de donner une prime d’objectif de 1.000.000 FCFA. Il fallait absolument gagner les trois matchs pour la toucher. Et c’est avec les mêmes conditions que Mahama Coulibaly a décidé de donner une prime de 1.000.000 FCFA", rajoute notre source, évoquant que lors de la fenêtre 3 en juillet, les joueurs "n’ont reçu que 1.100.000 FCFA comme prime" après leurs 3 victoires.


Nous avons contacté Stéphane Konaté, le capitaine de la sélection, ce dernier a dit ne pas vouloir s’exprimer sur la question. En attendant, les avis sont partagés entre ceux qui disent que la FIBB a pris la meilleure décision, et d’autres qui n’ont pas été convaincus par les dires du Président M. Coulibaly.